Rechercher dans ce blog

dimanche 30 septembre 2018

Charles Kerényi a écrit "la jeune fille divine"

"Les études de Carl Gustav Jung et Charles Kerényi réunies dans ce livre apportent de nombreux matériaux nouveaux ou peu connus, qui contribuent à une meilleure connaissance de la pensée mythologique, ce mode d'expression commun à toute l'humanité."
 Un remède à la pensée bornée et dogmatique, fût-elle convaincue d'apporter la lumière dans les ténèbres, ou surtout quand elle l'est!
Son étude des dieux et déesses grecs enfants est un coup de théâtre. Les pôles opposés, naissance et mort, virginité et grossesse, vulnérabilité et toute puissance, appartiennent aux figures de la mythologie ensemble, unis en une seule, qui est idée davantage que personnage concret..
Mon étonnement est que Kerényi ait pu comprendre à ce point les mythologies, sans être, ou devenir, un de ceux qui y "croient".

jeudi 12 juillet 2018

fondamentaux de l'architecture, ébauche, brouillon



fondamentaux de l'archi

Calfeutrer ou calfater, la "nef", rendue étanche par du goudronnage etc, puis la nef est la nef des cathédrales, étanche à la pluie, donc schème de la protection du dedans, en effet l'archi institue un dedans. L'existence même d'ouvertures, portes et fenêtres a sa raison d'être dans un dedans d'où il est possible de voir, sortir, laisser entrer.
Tendre, faire tenir debout, le Gestell. La tente est en tension, tient par les mâts et des cordes, des tendeurs. Les jets d'eau ( cf Schopenhauer) tiennent en l'air pour autant qu'il y ait une différence de pression. La pression les fait jaillir en hauteur, à la verticale.
edifier, bâtir par des procédés qui compensent la pesanteur, la bloquent dans ses effets de chute des corps. Mortiers, pour empêcher la chute des composants, pierres, briques. equilibre obtenu en bloquant dans la pose de matériaux par superposition. Le monolithe évite cela.
La verticalité, pas seulement « 3d » comme si les deux autres étaient de plain pied, ni comme si 3 était toujours vertical, symbolique riche du vertical, en opposition au sphérique indifférencié de l'utérin

L'art et l'espace, Heidegger, brochure : l'espace espace, espacement, champ libre, être au monde ici et là, affaire et place de l'homme, avec ça l'art découvre sans perdre le couvert, il produit un monde auquel on est, sans perdre son retrait ni son ouverture. Chora : un espace englobant, pas le topos qui est où je suis, mon corps.

Les œuvres de l'homme le dépassent en étendue et en permanence, ont l'échelle des générations et non d'une seule, des populations et non des individus, mais l'échelle reste humaine.

L'archaïque en tant que position du principe initial et définitif, envoie vers une reprise des fondamentaux de toute architecture.
Il s'agit d'abriter sans enfermer, de stabiliser sans fixer, d'espacer sans séparer : l'architecture contient les humains et les protège comme par un analogue de la vie utérine, mais elle instaure deux conditions supplémentaires, la verticalité et la mobilité ou circulation.
Je chercherai à préciser ces deux points, la verticalité qui implique un art de bâtir, un choix des matériaux, une prise en compte de la pesanteur et des climats, et la circulation, qui implique une politique ou une éthique des entrées et sorties, un assemblage délicat du privé et du public.

mardi 19 juin 2018

expulsions

expulser, sa charge émotive, expulser est répulsion!
On s'en souvient peut être: la vie qui commence par une expulsion, à tout jamais, et avec quelle violence
Rilke sait-il avec son "plus vaste cercle" que ce cercle veut dire, ce tout petit cercle intérieur à la mère, le paradis perdu dont on nous a expulsés si brutalement (un vaste cercle, puisqu'il est assez vaste pour nous laisser passer...)
Adam et Eve expulsés et condamnés à mourir, à travailler, à souffrir, c'est "exister"
Rilke croit qu'à la mort, on rejoindra le plus vaste cercle qui entoure la bulle de cette existence, mais la bulle est perdue à jamais, et quand on fait tourner les tables, ce qu'il a fait,  les morts restent muets

dimanche 15 avril 2018

Michelet dares to challenge the light of the sun

Here the great French essayist and author Jules Michelet dares to challenge  the light of the sun ( from the book La montagne)



On the right, wooded hills seem to be the first step of an amphitheater ... yet behind, at a distance, dominates, with an enormous height, the snowy, the dome dome.
It is not necessary to arrive by those rare summer days which deceive on all countries, which bind everything, give to all a uniform smile. The brilliant phantasmagoria of the accidents of the light would enliven even the tombs. The sun is a big liar: photography proves that..
It will give the same good figure to the coldest valley, the poorest of Savoy, to the hot folds of Valais, which are already an Italy

vendredi 16 février 2018

Migrations fatales


Migrations climatiques

Mon jardin a changé, il s'est désertifié.
En quelques années, environ quinze ans, ses habitants, qui semblaient plus permanents que nous mêmes (des générations qui se sont succédé peut-être depuis Jeanne d'Arc) se sont raréfiés, puis, ont disparu.
Des nids d'hirondelles sont encore attachés aux poutres de l'entrée, et sous un auvent : nombreux, poussiéreux, faits d'une boue durcie par les siècles. Ils étaient habités par un peuple agité, bavard, renouvelé  chaque année par une nichée qui pullulait sous la voûte. Quand le soir tombait, ils piquaient sur l'herbe du jardin, en rase mottes, pour gober au passage des insectes qui formaient un nuage impalpable.
Mais ces insectes ont disparu entre temps. Si les hirondelles revenaient habiter la maison, elles seraient privées de cette pitance jadis abondante, réduites à aller prospecter ailleurs, ce qu'elles ont bien dû faire. Leur migration vers chez nous et retour a fait place à l'absence, au silence.
Un temps, les buissons étaient comme un tourbillon, bruissant, étincelant au soleil. Un lierre épais couvre l'escalier de la cave et des abeilles d'une couleur pâle, comme blanches, y butinent, ainsi que sur un romarin exubérant. Un été de canicule, ces insectes ont laissé leur place à des insectes plus gros et d'une couleur orangée bien suspecte, comme si c'étaient des envahisseurs venus de loin. Leur nid se trouvait dans des cavités du mur extérieur, et ce n'était pas une ruche. Depuis lors, les abeilles blanches se font rares, et de même les gros bourdons noirs qui peuplaient les roses trémières semblent comme absents, errant en petit nombre sur des fleurs devenues plus rachitiques, naines.
Les insectes sont décimés par les insecticides empoisonnés, non par une vague de chaleur, selon l'aveu même de notre voisin apiculteur, qui perd la moitié de ses ruches. Il s'est jadis empoisonné lui-même en aspergeant des plantations, comme bien d'autres qui en sont revenus, mais le mal est fait.
Ces espaces dégagés par le génocide de la faune minuscule ne se libèrent pas pour de nouvelles migrations, faute d'offrir à de nouveaux arrivants assez d'aliments. De même, les mers privées des ressources en poissons et autres faunes aquatiques ne se remplissent que de déchets inertes et asphyxiants, comme ce continent de soupe plastique qui a envahi le Pacifique sur une surface égale à l'Europe.
Par contre, les populations humaines croissent et se multiplient comme jamais, entraînant ces dégâts par leur demande de consommation sans cesse amplifiée. Un pillage des animaux qu'on croyait éternels et bien plus anciens que l'homme vient nourrir ces milliards d'appétits voraces, et si un équilibre finit par se rétablir, ce sera parce que tous ces hommes auront gaspillé ce capital millénaire et se retrouveront démunis, gagnés par une famine à l'échelle des destructions qu'ils auront causées pour faire durer peu de générations, et sans lendemain. La perte de l'homme ouvrirait alors la porte à un repeuplement généralisé, qui n'accepterait de nouveaux hommes que si leurs mœurs diffèrent des nôtres.
Cet appétit vorace et le nombre de ceux qui l'éprouvent ont mis à sac des ressources pérennes, ce qui n'arrivait pas lorsque les goinfres, comme le Trimalcion du festin raconté par Pétrone, étaient une « élite » rare, une poignée de débauchés par ailleurs controversés pour leur hybris. Que ces mœurs effrénées gagnent la planète, qu'on fasse de « la croissance » des ressources exploitables une norme universelle, et c'en est fini de la pérennité de notre propre espèce. Le scénario d'une disparition des hommes est étrange, déjà visible dans des cas spéciaux : on a observé dans la zone désertée autour de Tchernobyl la réapparition d'une jungle, toutes les espèces sauvages anciennes semblent revenues du Moyen âge pour repeupler les espaces libérés par force par les populations ukrainiennes. Souffrant de malformations génétiques, elles pullulent tout de même, elles succèdent aux hommes sur des terres dévastées.


Merci au défunt Agefi Bliss d'avoir publié ces élucubrations mélancoliques

dimanche 4 février 2018

le paysage est bizarre

Dessiner des paysages: Un empilement vertical!  Des couches collées l'une au-dessus de  l'autre, mais qui ne collent pas ensemble, le gazeux du ciel, le linéaire de  l'horizon qui cahote et bascule, et là-dessous, du foncé, du clair, des taches d'eau, un changement d'échelle à mesure qu'on descend.
Hegel a eu ce mot brutal au sujet d'un paysage de montagne, avec des glaciers: "c'est comme ça", alors qu'avec le portrait, la nature morte, ou le sujet historique, l'idée de dire "c'est comme ça" ne lui serait pas venue, puisque dans tous ces cas, l'homme y est pour quelque chose. Mais les cieux, les reliefs, les accidents du sol, sont là sans qu’on les aie voulus.
Le paysage se fout de nous, il est là, et on en est comme dévastés. Le fait d'être tout bêtement éclate davantage que dans les cas où être est notre propre fait
Le ciel qui occupe la partie haute du papier ou de l'écran, voilà ce qui nous échappe le plus, au point d'avoir conçu des dieux qui siègeraient là-haut. Le ciel, partout, ajoute une note d'étrangeté à des paysages à notre échelle, urbanisés, cultivés, qui sentent l'homme et de ce fait, semblent à nous. Le couvercle changeant des cieux vient menacer les surfaces familières, leur rendre leur précarité, comme cela apparaît en pleine lumière lorsque ces cieux se déchaînent et arrachent tout: vents, pluies diluviennes, foudre, ces phénomènes "naturels" qui ont été tenus avant tous les autres pour un signe des colères des dieux. Superstition, mais au moins on admet dans ces croyances que quelque chose n'est pas nous ni de nous, au point que c'est ce "nous-mêmes" qui nous apparaît enfin avec sa propre étrangeté
Le sentiment qui consonne avec ce paysage souvent tumultueux, jamais longuement paisible, ce n'est pas "le sublime", beauté dérangeante, trop grande pour nous, c'est l'effroi. Il commence avec le choc  initial, "voir le jour", venir au monde... même si nul ne s'en souvient. La force de cette expérience ne se voit pas en direct comme remémoration, mais dans des allégories qui en restituent la violence, et en font un déchirement davantage qu'un dévoilement. Ainsi, les dieux successifs des civilisations orientales condamnent et exécutent le monde douillet de la vie utérine en faisant brusquement la lumière, ils créent d'un coup le soleil qui vient tout illuminer, qui fait sortir le monde à la fois de sa pénombre et de son calme protecteur.
On parle des paysages de rêve,  on ferait mieux de tenir compte aussi, parfois, d'un élément plus dérangeant: les paysages sont des cauchemars!